FE3LS

Fiche technique :

  • "FE3LS" 2018-2019 Création chorégraphique pour quatre danseurs. 30 minutes.

  •  Chorégraphes : Thieng Nguyen & Yoann Sarrat.

  •  Danseurs : Valentin Annezo, Delphine Naudin, Thieng Nguyen, Yoann Sarrat.

  •  Création lumière : Nicolas Masset.

  •  Regard extérieur : Milène Duhameau (Compagnie Daruma).

 

         Merci à Pierre Faure pour ses conseils techniques en lumière et merci à Mélisa Noël (Compagnie Soon), Josyane Bardot et Carole Tilly (Trans'Urbaines) pour leurs retours bienveillants.

   La création « Feels » trouve ses racines dans le besoin de faire danser le corps jusqu’à ses ultimes limites, par diverses configurations chorégraphiques longuement travaillées en studio ou par plusieurs improvisations, en « direct », parfois longues et ayant un aspect « laboratoire » qu’il fallait aussi donner à voir d’une façon ou d’une autre sur scène.

   Le spectacle s’est ainsi construit autour de la notion de « ressenti », refusant de raconter une simple histoire qui servirait de fil conducteur au spectateur, mais préférant susciter une multitude d’histoires, même enchevêtrées, qui jailliraient, là-encore, des sensations et ressentis du public – plusieurs individualités avec différents backgrounds culturels qui ont également progressivement nourri la création, par leurs retours, négatifs et positifs. Ainsi, la pièce ne travaille pas sur un thème précis mais autour d’une pluralité ou d’une constellation de problématiques ou thématiques catalyseurs qui permettent une réflexion dansée : la danse elle-même, l’histoire du corps, la Terre (cette grande danseuse, en rotation permanente), la peau...

     Le spectacle propose une sorte d’évolution dansée du corps détruit ou sublimé, avec des mouvements ravagés, des corps tordus ou en déséquilibres extrêmes, comme prêts à tomber de la Terre, proches de l’effondrement ou métaphoriquement abîmés après le passage de la guerre. Progressivement, l’écriture s’est précisée à partir de toutes ces impulsions, chaque danseur a trouvé sa place et la scénographie, volontairement épurée, s’est mise au service de la chorégraphie, tout comme l’important travail de lumière de Nicolas Masset, entre obscurité et clarté, circularité et courbes.

...La pièce suit un jeune danseur, fil rouge chorégraphique, qui traverse divers espaces et temporalités, qui semble vouloir nous raconter corporellement son histoire tragique, et termine sur son solo proposant une interprétation de la chanson de l’artiste dissidente Colette Magny intitulée "L’écolier soldat". Sur sa route, il perd parfois le contrôle de son corps ou le retrouve, traqué par les autres protagonistes, sortes de spectres, danseurs de l’au-delà. Dans ce grand lieu alternatif qu’est la scène, comme hors du monde et du quotidien, apparaissent aussi des musiques et sons d’autres temps ou d’autres espaces : par exemple, la « voix » de la Terre elle-même, enregistrée par la NASA, des instruments et voix étranges qui semblent venir de l’au-delà, des notes de piano presque archaïques, des breaks de batterie détraqués...

...Le spectacle s’achève sur une expiration générale, et le silence hurlant, ce qu’il reste des corps et de la scène après la danse.

La Compagnie FREEING fait partie de la SCOP Appuy Culture et du collectif ZOOOM - Pôle Chorégraphique La Diode.

Suivez Nous !
  • Facebook Cie Freeing
​​​© 2019 OST V1.7 Créé avec Wix.com. Publié le 09/09/2019
Crédits Photos : Ariane Bruno, Benjamin Chérasse, Sophie Margery, Frédéric Chelmas, Bougnat Photo, CAT